Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino – Au Pays d’Alice

Cet article est tiré d’un post que j’ai publié sur le forum de l’Originale dans le cadre du jeu Vis ma vie de Fan.

Qui c’est ? Ibrahim Maalouf (trompettiste et prof de musique) et Oxmo Puccino (rappeur)

C’est quoi ? Au Pays d’Alice, une collaboration entre les deux artistes sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles

Ca date de quand ? 2015

Ma première rencontre avec Ibrahim Maalouf date de 2013, lorsque mon père reçut en cadeau son album Illusions. A l’époque, son mélange de musiques aux origines différentes m’avait paru très intéressant. Les compositions étaient de qualités, tout comme les improvisations qu’elles contenaient.

Aussi il y a quelques mois j’écoutai distraitement Au Pays d’Alice. Je notai la qualité de l’œuvre mais sans trop m’y concentrer. L’occasion m’est du coup donnée de réparer cette erreur.

L’œuvre est une collaboration entre Ibrahim Maalouf qui en a composé la musique, la maîtrise de Radio France qui l’a interprété et Oxmo Puccino qui a écrit et chanté les textes. Elle est construite sur l’histoire d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll qu’elle remet en scène musicalement.

La construction de l’œuvre est très bien pensée : les passages instrumentaux et chantés sont très bien dosés, guidant l’auditeur dans le conte.

L’introduction d’abord en douceur puis prenant de l’ampleur pose l’ambiance… fantasmagorique ? du voyage d’Alice que la voix d’Oxmo narre joliment, maîtrisant parfaitement le rythme des mots.

Les musiciens montrent plusieurs fois leur talent d’improvisation, la première étant un solo de trompette dans le morceau Jamais comme il faut.

 

Les influences sont variées : funky (Le Porte Bonheur), rock et hip-hop (Les conseils d’une chenille), jazz bien sûr, « classique » (notamment le magnifique premier interlude). Elles se mêlent pour aboutir à une ambiance indescriptible.

Les textes sont magnifiques, les musiques aussi (le solo de trompette dans La Partie de croquet <3 <3) et le tout est brillamment exécuté…

 

J’ai bien fait de me concentrer sur cette œuvre, elle a vraiment quelque chose d’unique qui la rend à la fois mystérieuse, dynamique et onirique.

Merci @Mørl Bylåne de m’avoir gâté ainsi !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :