New World Revolution – Rocketbirds OST

Qui c’est ?  New World Revolution
C’est quoi ? « Rocketbirds Original SoundTrack» composé pour le jeu Rocketbirds : Hardboiled Chicken
Ca date de quand ?  2011

Quand on pense à la musique de jeux vidéo, c’est souvent le thème de Mario, les mélodies de la Légende de Zelda ou le fameux Dragonborn de Skyrim qui résonnent dans notre tête. Des compositeurs tels que Kōji Kondō (à l’origine des bandes originales des deux premières licences citées) ou Nobuo Uematsu (Final Fantasy) tournent aujourd’hui avec ces thèmes un peu partout dans le monde et notamment en France.

Ce dont je vais vous parler aujourd’hui ne bénéficie pas de la même popularité. Et c’est dommage.

Rocketbirds: Hardboiled Chicken est un petit jeu independant d’action-plateforme disponible sur PC et consoles que j’ai acquis dans un Humble Bundle il y a quelques années. Vous jouez un ancien soldat poulet-mutant qui cherche à libérer son pays d’un régime totalitaire et volatile. Au cours de votre avancée, vous en apprendrez davantage sur votre personnage et cet univers grâce à de jolies cinématiques accompagnées d’une belle musique toujours à propos, que ce soit dans l’orchestration ou dans les paroles.

Ces morceaux sont vraisemblablement issus de l’union entre un rock imaginatif, énergique et une electro discrète, mais néanmoins efficace. Des morceaux qui ne perdent rien de leur qualité lorsqu’on les écoute sans jouer au jeu.

Comment je le sais ? Eh bien parce que le Bundle comprend des jeux, mais aussi leur bande originale téléchargeable en FLAC (sans perte) et en mp3 (avec perte de détails).

Me voici donc en possession d’un véritable album signé par un groupe qui m’était jusqu’alors inconnu : New World Revolution. Les 15 titres peuvent être séparés en deux catégories : les 9 premiers correspondent aux compositions telles qu’elles ont été pensées par le groupe et les 6 derniers sont des remix de certains morceaux.

On commence par Once I Was Lost, le thème principal du jeu qu’on entend dès l’arrivée dans le menu principal. Il frappe tout de suite par ce mélange d’instruments tradionnels du rock et d’effets et techniques electro : riffs de guitares saturées, batterie aux sonorités à peu près acoustiques. Mais aussi effets de synthés bien sentis et multicouches sonores pleines de voies différentes avec 3-4 guitares, cymbales synthétiques rajoutés à un passage sur les toms de la batterie pendant le pont… Le tout couronné par un chant mélodique avec cependant un petit quelque chose de robotique du plus bel effet. Une belle entrée en matière donc !

Robot poursuit cette énergique lancée puis The Holy Ones ralentit un peu la cadence sans perdre en intensité.

Une petite pause au bord de l’eau pour profiter de ce que le monde a de beau, voilà ce que Listen to the Waves Singing nous propose maintenant. Une jolie pièce avec une mélodie fredonnée, une batterie tranquille et des arpèges de guitare -qui nous offrira même un petit solo. A mon sens un des meilleurs morceaux de l’album.

L’action reprend alors avec The One et Doubles Agents (dont la partie de batterie ressemble un peu à du zouk, mais qu’un peu hein).

Une jolie chanson pleine de renouveau et d’espoir prend là relève avec des paroles évolutives au cours des différents refrains, il s’agit d’Illuminate Me :

Illuminate me so I may see the light

Eliminate me so I cease to long for anything

Illuminate me so I can tell what’s right

Eliminate me so I come to know myself //

Illumine moi afin que je puisse voir la lumière

Elimine moi pour que je cesse de m’attarder pour rien

Illumine moi afin que je puisse définir ce qui est bien

Elimine moi pour que j’en vienne à me connaître moi-même

Je ne vais pas traduire les autres, ce serait du spoil 😉

Après un tel morceau, la qualité n’a pas intérêt à baisser. Et ce n’est absolument pas le cas ! Je ne saurais pas vraiment décrire Stars and Snake. Je suis désolé, je peux juste garantir que c’est très vachement bien (c’est précis hein ?)…

La première série de morceaux s’achève avec un Lost aux airs de bataille finale emplie de doute.

Passons maintenant aux remix ! Pour des titres “bonus”, il s’agit de très bonnes surprises ! On a donc :

  • Une version instrumentale de Once I Was Lost ;
  • Un remix de Once I Was Lost : le titre prend une toute autre allure, plus mélancolique et électronique, ressemblant un peu à certains trucs de Kavinsky je trouve ;
  • Un remix de Double Agents instrumental et plus électronique qui groove pas mal ;
  • Un remix de Robot plus lent et plus… robotique, au groove mécanique et précis qui fait un peu musique industrielle ;
  • Un remix d’Illuminate Me un peu dance, pas mauvais mais ça perd un peu le sens de l’originale je trouve ;
  • Un remix techno de Robot qui sent bon les années 2000 !

Un très bon album en somme qui ne coûte pas très cher (7$ sur le Bandcamp du groupe) et qui d’après moi devrait gagner en visibilité au delà du seul jeu qu’il accompagne. C’est qualitatif, varié et sans extrêmes qui pourraient rebuter certains. Cet opus est pour moi la preuve que le Rock n’est pas mort mais évolue, assimile d’autres choses et que les groupes peuvent être imaginatifs, que tout n’a pas déjà été fait.

En plus j’ai appris qu’un Rocketbirds 2 est en cours de développement. Et c’est New World Revolution qui est toujours chargé de la musique. Je trépigne.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :